Articles de Peggy BALLOU

Conférence sur l’employabilité à l’Université de Cocody

Le jeudi 19 Mai dernier, j’ai été invitée par l’AIESEC Université de Cocody pour animer une conférence sur le thème « quelle carrière pour les jeunes face aux défis de l’emploi? »

13241157_242322522801747_5443327367452746068_n

Il s’agit de la conférence d’ouverture du Youth Career Forum, organisé par l’AIESEC. Ce forum avait pour ambition d’informer les jeunes étudiants sur les débouchés après l’université, leur permettre de rencontrer des professionnels et répondre à leurs préoccupations concernant leur vie professionnelle.

Mon intervention s’est articulée autour de 3 axes:

  • Donner l’état des lieux de la situation de l’emploi en Afrique
  • Montrer les différents cheminements professionnels existants et en présenter les avantages et inconvénients
  • Donner des outils pratiques et conseils pour éviter le chômage et en sortir rapidement

13238959_242322406135092_7473198670967360559_n

Ce fut une très belle expérience qui m’a permis de saisir les attentes et besoins des jeunes, mais également de répondre à leurs questions, pour leur permettre d’entrer dans la vie active avec de bonnes bases.

13239926_242322482801751_7270971852986811947_n

5 outils pour améliorer votre employabilité

Même si vous avez un (bon) job en ce moment, vous devriez chercher à développer votre employabilité dans un marché de l’emploi en constante évolution et de plus en plus compétitif.

L’employabilité se mesure à votre valeur ajoutée percue par ceux qui pourraient vous recruter que ce soit à l’externe ou au sein de votre entreprise actuelle. Développer votre employabilité revient donc à acquérir les compétences techniques et comportementales qui vous aideront à évoluer dans votre carrière et vous rendre attractif aux yeux des potentiels employeurs.

Je vous propose aujourd’hui 5 astuces d’employabilité qui vous démarqueront et vous permettront de devenir incontournable.

1- Investir en soi

Je fais allusion ici au développement personnel. Si vous voulez demeurer compétitif et « marketable » vous devriez travailler d’abord sur vous. Améliorer votre savoir-être autrement dit vos soft skills ou qualités humaines. Certaines compétences sont recherchées par la plupart des entreprises en ce moment: la gestion du temps, l’intelligence émotionnelle, le sens politique, la communication, la capacité à travailler en équipe, la résolution de problèmes etc.  Et vous pouvez développer ces compétences par la lecture d’ouvrages sur ces sujets (il en existe une tonne sur amazon), en assistant à des séminaires de formations ou en embauchant un coach en développement personnel.

2- Maitriser plusieurs langues

Avec l’évolution des technologies de l’information et de la communication et l’avènement de la mondialisation, vous pourriez être appelés dans le cours de votre carrière à travailler avec des équipes partout dans le monde. La connaissance de l’anglais, du chinois, du japonais, de l’Espagnol etc. pourrait vous ouvrir des portes. N’hésitez donc pas à vous familiariser avec les langues les plus parlées dans le milieu des affaires pour garder une longueur d’avance sur d’autres candidats

3- Être à l’aise avec la technologie

Quelque soit votre domaine d’activité, vous ne pouvez pas echapper à l’influence de la technologie. Entre les médias sociaux, les logiciels et outils informatiques, les nouveaux modes de communication au sein des entreprises, les smartphones… Les TIC sont devenus incontournables aujourd’hui de sorte que ceux qui ne les maîtrisent pas sont laissés pour compte. Les choses évoluent vite dans ce domaine, il vous faudra donc vous recycler fréquemment pour rester à la page.

4- Devenir expert dans un domaine

J’ai coutume de dire que l’expertise a un prix. Vous le savez surement! Pour démeurer attractif aux yeux de nombre d’employeurs attelez-vous à développer une expertise dans un domaine bien déterminé. Plutôt que de changer de domaine/secteur d’activité à chaque emploi, donnez-vous la discipline de creuser un domaine et de le maitriser assez bien pour être recherché pour votre compétence. Devenez spécialiste plutôt que généraliste dans votre secteur d’activité. À la longue ce choix s’avère gagnant.

5- Développer son réseau professionnel

Si vous souhaitez demeurer employable et pouvoir changer de poste facilement, entourez-vous d’un bon réseau de contacts. Comme on le dit souvent, 60 à 80% des postes à pourvoir ne sont pas affichés. Ils sont comblés via le bouche à oreille. Cela signifie que vous pouvez avoir travaillé sur les 4 points précédents de cet article et démeurer au même niveau de votre carrière, faute de références de quelqu’un dans votre réseau. C’est pour cela que, tout comme un entrepreneur (que vous êtes d’ailleurs, considérant que c’est vous-mêmes que vous « vendez »), vous devez accorder une place importante au développement de votre réseau de contacts. Et il y a plusieurs façons de le faire. J’en parle dans cet article

 

Ces outils sont loin d’être exhaustifs, mais ils ont pour but de vous donner des pistes de réflexion, des idées que vous pouvez mettre en place dès maintenant. Développer son employabilité est un travail constant et toute nouvelle compétence technique (formation) ou comportementale est appréciable et vous donne une longueur d’avance au niveau professionnel.

 

Vous détestez votre travail? Lisez ceci…

Dans le cours de ma carrière et jusqu’à présent, j’ai rencontré plusieurs personnes qui m’ont confié, de manière voilée ou non, qu’elles n’aimaient pas leur travail. Et il y a beaucoup de personnes qui ressentent la même chose mais qui n’oseront jamais l’avouer. Elles se sont fait une raison, arguant que leur job leur permet (au moins) de « mettre du pain sur la table » et payer les factures.

Pour moi, c’est une chose absolument terrible! Pensez-y un instant. Combien de temps passez-vous au travail? Probablement comme la plupart des gens, beaucoup plus de temps qu’avec votre famille. J’ai même lu une fois que l’on passe environ 1/3 de sa vie au travail.

Alors partant de ce fait, comment peut-on tolérer de faire aussi longtemps une chose que l’on déteste sous prétexte que l’on n’a pas le choix? Si vous êtes actuellement dans cette situation vous aussi, j’ai quelques idées pour vous permettre de sortir de ce tourbillon et vous aider à trouver l’épanouissement professionnel.

Soyez reconnaissant d’avoir un travail

Si un jour vous vous êtes dit que votre travail ne vous convient pas, vous veniez de reconnaitre sans le réaliser que……..vous avez au moins un travail! Soyez-en reconnaissant. Ne serait-ce que pour le fait de ne pas être au chômage, pour la sécurité financière (aussi minime soit-elle), pour les opportunités de réalisation personnelle qu’offrent un emploi aussi mauvais soit-il.

Trouvez un sens à ce que vous faites

Je pense que la plupart des gens qui n’aiment pas ce qu’elles font comme travail n’en saisissent pas le sens; autrement dit, elles ne savent pas à quoi/qui sert ce qu’elles font ni pourquoi elles le font.

Arrêtez-vous un moment et demandez-vous : À quel besoin répond votre travail ? Qui, sans vous/votre travail aurait du mal à progresser, atteindre ses objectifs etc.? À qui êtes-vous utile?

Une fois que vous aurez découvert l’importance de votre travail, vous aurez les idées plus claires et vous commencerez à donner du sens à vos actions. Vous aurez une raison valable d’aller au travail, une raison autre que « payer ses factures » ou gagner de l’argent.

Trouvez votre vision et mission personnelle

Pourquoi êtes-vous sur terre? À quelles améliorations aspirez-vous? Quelle est votre contribution à la société? Quel impact souhaitez-vous avoir autour de vous? Tant que questions qui peuvent vous donner un indice sur votre mission personnelle. Le fait de découvrir ce pourquoi vous êtes nés vous donne un sentiment d’urgence d’accomplir ce qui doit être fait, d’avoir une vision plus claire de là où l’on va et vous donne une raison supplémentaire de vous reveiller chaque matin.

Vous avez déjà une idée de ce que vous souhaitez accomplir ou de comment vous voulez qu’on se souvienne de vous quand ne serez plus? vous êtes sensible à certaines causes qui ne vous laissent pas indifférents ou alors vous êtes attirés par certains domaines sans en comprendre la raison? C’est peut-être un indice de votre mission personnelle.

Définissez un plan de reconversion professionnelle

Si vous avez la ferme volonté d’atteindre l’épanouissement professionnel, vous devriez mettre en place un plan pour changer de métier et trouver le métier idéal. Je vous donne déjà des pistes dans cet article. Si vous hésitez encore, évaluer le pour et le contre

N’oubliez pas que je peux aussi vous accompagner dans ce processus. Ayant moi-même fait la démarche de reconversion, je comprends les enjeux et défis que comporte une telle décision.

 

Pour conclure j’aurais un ultime conseil pour vous qui détestez votre travail. Je vous encourage à ne pas rester longtemps dans votre situation car vous avez tant à offrir et à recolter d’une carrière fructueuse et épanouissante. Prenez le temps qu’il vous faudra mais décidez de quitter cette situation qui a des repercussions aussi bien sur vous mais sur votre entourage.

Un encouragement à croire en ses idées!

J’ai eu l’idée d’écrire cet article après avoir regardé une présentation de Fred Swaniker à Harvard African Business School. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous n’êtes pas sans savoir que l’éducation en Afrique, plus particulièrement l’innovation en éducation est l’un des sujets qui me préoccupe et me passionne le plus.

Fred Swaniker

Fred Swaniker est un ghanéen, qui a vécu dans plusieurs pays d’Afrique et qui a décidé, par passion pour le continent, son potentiel et ses habitants de revenir s’y installer et faire bouger les choses dans le domaine de l’éducation, après avoir étudié et travaillé aux USA. Il est le fondateur du African Leadership University, (après avoir créé le African Leadership Academy, un lycée tout aussi particulier) une université qui forme une nouvelle génération de leaders africains avec un modèle d’enseignement très innovant et avant-gardiste. Fred est l’un de mes modèles et une source d’inspiration et je partage profondément sa vision du leadership et de l’éducation en Afrique. Son implication dans l’amélioration des systèmes éducatifs en Afrique a été recomposée par de nombreux prix et disctinctions.

Le modèle A.L.U

Alors que l’on a tendance en Afrique à importer des modèles tout fait de l’Occident, et ce dans plusieurs domaines, le African Leadership University (A.L.U) a réinventé le système éducatif universitaire pour l’adapter aux besoins du continent.

Par exemple, plutôt que de créer des facultés comme on le voit sur les universités classiques (faculté de gestion, de droit, de sciences etc.), les cursus de l’académie se basent sur les défis fondamentaux auxquels l’Afrique fait et fera face dans les années à venir: santé, infrastructures, éducation, pauvreté etc.

Plutôt que d’embaucher des professeurs à coûts de millions, ils ont créé un système où les étudiants apprennent de façon autodidacte et sont en mesure d’enseigner eux-mêmes à leurs pairs, et ce en utilisant les meilleurs programmes partout dans le monde (Harvard, Standford etc.) et en travaillant avec des professeurs qui enseignent dans ces universités grâce à la technologie.

De plus, la formation à A.L.U met beaucoup plus l’accent sur l’acquisition de compétences comportementales (pensée critique, traval d’équipe, communication, diriger des personnes, gestion de projet etc.) plutôt que les concepts théoriques et techniques qui d’ailleurs évoluent très vite (ex: marketing digital, community management, tablettes, smartphones qui n’existaient presque pas il y a tout juste 10 ans)

Enfin, pour lutter contre le chômage et l’inadéquation entre la formation des étudiants et les besoins des entreprises, A.L.U a mis en place un système de travail-études de type 8 mois au campus, 4 mois au travail en collaboration avec certaines entreprises. Le cursus a même été développé en accord avec ces entreprises.

Bref, il y a beaucoup à dire sur le modèle de A.L.U qui m’a particulièrement séduite.

Croire en ses idées

Je voudrais utiliser l’histoire de Fred Swaniker et son université pour vous parler d’innovation parce que je pense que beaucoup de personnes ne croient pas en leurs idées et n’osent pas innover, de peur d’échouer, d’être la risée des autres, de ne pas y arriver.

Beaucoup ont des rêves qu’ils ont enterré et se contentent de faire comme tout le monde, de copier ce qui se fait déjà sans questionner le statutquo.

Je voudrais vous encourager à avoir une vision et surtout de croire en vos idées et vos rêves. Avez-vous des idées que vous n’osez pas mettre en oeuvre parce que trop folles selon vous? C’est exactement celles là qu’il vous faut creuser. Qui sait, vous préparez peut-être le prochain iphone? Vous ne savez pas jusqu’où vos idées peuvent vous mener, le succès qu’elles peuvent engendrer.

Chaque fois que quelque chose vous frustre, vous devez vous dire qu’il y a là une innovation possible, une idée à mettre en oeuvre pour améliorer votre quotidien.

Soyez fiers de vos rêves, écrivez-les, travaillez les, impregnez-vous en jusqu’à ce que vous ne puissiez vous en passer. C’est grâce aux rêves et idées d’autres personnes que nous avons presque tout ce que nous achetons ou possédons aujourd’hui.

Soyez donc l’auteur de qui aujourd’hui semble être une folie mais qui demain sera appelée une innovation.

8 clés pour cultiver l’excellence professionnelle

Larousse définit l’excellence comme étant : le degré éminent de qualité qu’une personne ou une chose atteint dans le domaine qui est le sien. Je pourrais extrapoler cette définition en disant que l’excellence est synonyme de valeur supérieure, de travail bien fait au-delà des normes et standards prédéfinis.

C’est une aspiration que toute personne devrait avoir dans le domaine professionnel car l’excellence vous démarque des autres, vous permet d’obtenir le respect et la considération des autres (même vos detracteurs), vous donne d’être qualifié d’expert, et vous permet de prétendre à une rémunération plus élevée.

Je vous propose ici 8 clés pour cultiver et manifester l’excellence dans votre travail:

  • Développer l’attitude de service car se mettre à la disposition d’autrui vous permet de déceler vos potentialités. Il s’agit ici également d’avoir à cœur le succès de ceux qui vous confient quelque chose à faire.
  • Agir dans les domaines où l’on est meilleur et pour lesquels on a une passion : Lorsque vous travaillez dans un domaine que vous maitrisez et qui vous passionne, vous avez la motivation nécessaire pour vous retrousser les manches et vous développer.
  • Élever ses standards personnels: manifester l’excellence commence d’abord par se fixer des objectifs de réussite élevés, être exigeant envers soi-même, ne pas accepter de tourner les coins ronds et fournir un résultat qui présente peu ou pas de défauts.
  • Persévérer: La règle des 10 000 heures a été découverte et expliquée par Malcolm Gladwell dans son ouvrage « Outliers ». Il a déterminé que pour être expert dans un domaine, il vous faut 10 000 heures de pratique dans celui-ci. Vous pouvez donc devenir excellent dans n’importe quel domaine si vous vous disciplinez pour y travailler assez longtemps. L’excellence est donc le résultat de la persévérance.
  • Trouver un mentor : Vous devriez avoir une personne qui vous influence positivement, vous inspire grandement et vous pousse vers le haut, vers l’excellence. Cette personne doit être elle-même excellente et reconnue comme expert dans son domaine (au moins 10 ans d’expérience de plus que vous). De plus, cette personne vous donnera des astuces pour devenir incontournable dans votre entreprise.
  • Être orienté solutions: Dans votre travail vous devise doit être de régler le maximum de problèmes. Être orienté solutions revient à trouver une réponse à chaque challenge qui se présente à vous. Vous deviendrez ainsi la personne de référence lorsqu’un problème se présente et que l’on cherche quelqu’un pour le régler. C’est ainsi que vous deviendrez incontournable dans l’entreprise.
  • S’engager à la discipline et la rigueur: Pour développer l’excellence et accroître vos niveaux de résultats vous devez être engagés et rigoureux. Rien ne s’obtient sans discipline malgré la bonne volonté. La rigueur dans ce que vous faites ainsi que la discipline personnelle que vous vous appliquerez à développer vous permettront d’atteindre le niveau d’excellence que vous recherchez et vous deviendrez une référence dans votre entreprise et votre carrière.
  • Se former sans cesse: Pour devenir excellent et incontournable, choisissez un domaine dans lequel vous allez vous perfectionner, de sorte que vous soyez en avance sur les autres dans ce domaine. Par exemple, cherchez les innovations, les dernières tendances, les best practices et les études récentes en lien avec votre domaine.

Comment développer son professionnalisme?

Avez-vous déjà été servi par un professionnel (banquier, avocat, menuisier, plombier, ingénieur, professeur etc.) qui vous a inspiré confiance? Qui a su vous mettre à l’aise en tant que client? Qui a dépassé vos attentes?

Selon la définition du dictionnaire Larousse, ces personnes agissaient avec professionnalisme c’est à dire qu’elles exerçaient leur activité avec grande compétence. Mais au-delà de la compétence, le professionnalisme est surtout une attitude. L’adopter est un gage de crédibilité et pourrait vous permettre de vous démarquer dans votre parcours professionnel.

Adopter une attitude de pro ou faire preuve de professionnalisme c’est entre autres:

– Respecter ses engagements: Quand on promet une chose (ex: rappeler, envoyer de l’information, faire un suivi etc.) on doit la faire ou alors en informer l’autre partie de tout changement. Le pro “livre la marchandise” selon ce qui est attendu de lui. Il a le sens du devoir. Aussi, la ponctualité fait partie intégrante du respect des engagements et une personne qui arrive en retard sans prévenir à l’avance perd en crédibilité en face de son interlocuteur.

– Maîtriser ses dossiers: Quand vous êtes en face d’un pro, vous êtes tout de suite rassuré car celui-ci sait de quoi il parle et démontre une parfaite maîtrise du sujet. Pour en arriver là, prenez le temps d’approfondir vos compétences techniques dans votre domaine et soyez parfaitement préparé avant chaque réunion, rencontre de prospection, rendez-vous clientèle etc. Maîtriser ses dossiers permet également d’augmenter votre confiance en vous et réduire le stress.

– Assurer la qualité des livrables: En complément du point précédent, un pro se distingue d’un amateur par la qualité de son travail. Si vous pensez être limité par le temps, plutôt que de vous précipiter pour rendre un travail bâclé, vous pourriez demander une extension du délai pour améliorer la qualité de ce qui est attendu de vous. Chaque livrable que vous produirez portera votre marque. Cultivez donc l’esprit d’excellence et de rigueur, gages d’une bonne réputation professionnelle.

– Être honnête et parfaitement intègre: Chaque métier a son propre code d’éthique et déontologie. Faire preuve de professionnalisme c’est adhérer et respecter son code d’éthique et éviter les situations compromettantes qui pourraient nuire à votre réputation. Aussi, le/la pro est honnête, donne l’heure juste en tout temps et agit avec transparence

– Adapter son langage verbal et écrit: Être un pro, c’est aussi employer un langage courtois et respectueux. Exit le langage de rue, les gros mots, les jurons, les cris au téléphone, les e-mails en langage SMS dans un contexte professionnel. Pour paraître pro, tentez d’améliorer votre vocabulaire notamment par la lecture.

J’en profite pour signifier qu’il faut faire attention aux fautes de grammaire dans les e-mails, les documents et rapports. Avouez que recevoir un e-mail avec 5 fautes sur la première ligne décrédibilise son expéditeur. S’il vous manque des compétences en français ou anglais, n’hésitez pas à investir dans un cours de rédaction ou utilisez le correcteur Office.

– Avoir le look de l’emploi: Quel que soit votre domaine d’activité, que vous soyez dans un milieu “Corporate” (banques, cabinets d’avocats etc.), industriel (usines, mines etc.), médical, artistique, scolaire… il existe un dress-code propre à votre secteur. Il faut savoir l’identifier et s’y conformer. Le professionnalisme passe aussi par l’image que vous dégagez.

Voyez-vous d’autres points à développer pour faire preuve de professionnalisme? Sur quels aspects avez-vous encore du travail à faire?

Identifier ses priorités au travail avec la méthode ABCDE

L’un des sujets les plus « chauds » au niveau des professionnels que je rencontre c’est bien la gestion du temps et des priorités. En général ils sont très occupés et sollicités de partout de sorte qu’ils manquent de temps pour faire tout ce qu’ils ont à faire.

Une fois quelqu’un m’a dit « même si je passe la nuit au bureau, je n’aurais pas fini ce qui est sur ma liste de choses à faire ».

Pourtant toutes les tâches n’ont pas la même importance selon votre position hiérarchique. Pour vous aider à classifier vos tâches et responsabilités par ordre d’importance, je vous présente aujourd’hui la méthode ABCDE que j’ai découverte grâce à Brian Tracy, expert en productivité et performance.

Tâches de type A 

Il s’agit de tâches urgentes et importantes qui ont une conséquence très grave si elles ne sont pas faites dans le cadre de votre poste. Exemple : Demandes spéciales URGENTES des supérieurs (en attente pour un board meeting par exemple.) ; Crises et situations qui requièrent une attention immédiate

Tâches de type B

Ici, il s’agit des choses importantes mais non urgentes que vous devriez faire mais qui ont une conséquence mineure si vous ne les faites pas immédiatement. Ce sont des tâches qui sont « en cours », dans le déroulement normal des activités.

La règle pour vous guider est la suivante : Ne jamais faire une tâche de type B s’il vous reste des tâches de type A à terminer. Exemple : réunions planifiées, projets d’amélioration continue des processus, rapports périodiques routiniers, etc.

Taches de type C

Tâches qualifiées de “nice-to-do” et qui n’ont aucune conséquence sur votre évaluation de rendement et votre travail si elles ne sont pas faites. ex : Formation personnelle, répondre à vos mails etc.

Faites d’abord une tâche B avant une tâche C.

Tâches de type D 

Tâches non essentielles à déléguer rapidement et qui permettront de libérer du temps pour des tâches de type A et B. Exemple: tâches administratives (sauf si c’est au coeur de votre emploi par exemple si vous êtes sécrétaire)

Faites d’abord une tâche C avant une tâche D.

Tâches de type E

Tâches à éliminer qui ne produisent aucun résultat significatif dans votre travail et votre évaluation. Exemple: surfer sur Internet pendant les heures de travail.

La prochaine fois que vous aurez plusieurs tâches à faire, identifier quel à type elles appartiennent avant de passer du temps à les exécuter.

10 raisons pour lesquelles vous n’atteignez pas vos objectifs et comment y remédier

Une chose est d’avoir des rêves et se fixer des objectifs, une autre chose est de pouvoir les atteindre. Ces 10 obstacles ci-dessous vous éloignent de la réalisation de vos objectifs:

1. Ne pas avoir d’objectifs clairs c’est-à-dire SMART (Simple et spécifique, mesurable, atteignable, réaliste, temporel avec des délais et un échéancier établis). Plus vos objectifs sont clairement définis, mieux vous pourrez mettre en place des actions concrètes pour les atteindre
Solution : se fixer des objectifs SMART et avoir un système de suivi des réalisations

2. Le manque de concentration, autrement dit ne pas être assez focus et se laisser gagner par les distractions (tv, internet, causeries inutiles, regarder ce que font les autres plutôt que travailler sur ses propres projets etc.)
Solution : Identifier les sources de distraction et les éliminer au fur et à mesure

3. Le manque de confiance en soi, en ses capacités, en ses rêves. On se croit incapable de pouvoir accomplir ce à quoi l’on rêve parce que l’on s’est fait parfois dire qu’on est bon à rien, qu’on n’y arrivera pas, que ce que l’on souhaite faire est impossible etc.
Solution : retracer ses réalisations passées, ses succès passés, s’inspirer de gens qui ont réussi ce que l’on souhaite accomplir, travailler avec un/une coach en développement personnel

4. Le manque de compétences pour faire ce qu’il y a à faire que ce soit au niveau technique ou d’un point de vue « soft skills »
Solution : identifier les compétences qui manquent pour atteindre ses objectifs et se former pour les acquérir

5. La procrastination : c’est le fait de remettre toujours à demain ou de reporter l’exécution de vos projets
Solution : Découper l’objectif en petites actions facilement exécutables, avoir un partenaire qui va vous challenger, vérifier que vous avez fait ce que vous aviez prévu et vous motiver quand vous faiblissez.

6. S’entourer des mauvaises personnes : vous êtes la moyenne des 5 personnes avec qui vous êtes la plupart du temps et leurs actions vous vous influencer. Si vous avez dans votre entourage des personnes qui n’atteignent pas d’objectifs ou qui n’en ont pas, vous êtes à risque…
Solution : faire le ménage dans vos fréquentations et vous challenger en vous entourant de personnes qui vous pousseront vers l’atteinte de vos objectifs.

7. Mauvaise organisation : vous pouvez avoir des objectifs clairs mais ne pas vous organiser et gérer mal votre temps vous empêchera de les atteindre.
Solution : faites-vous un emploi du temps réaliste en fonction des objectifs que vous voulez atteindre

8. Le manque de détermination : une des choses qui peuvent vous empêcher d’atteindre vos objectifs c’est le fait de ne pas persévérer face aux difficultés et de ne pas être assez déterminé à accomplir ce que vous souhaitez
Solution : écrire quotidiennement ses objectifs et les avoir sous les yeux quand vous avez envie d’abandonner

9. Être négatif : L’attitude y est pour 90% dans la réussite et l’atteinte des objectifs. Avoir une attitude négative vous éloigne de vos objectifs et compromet la réussite de vos projets car un adage dit on obtient ce à quoi on pense.
Solution : adopter la positive attitude découle d’un choix délibéré. Vous avez la possibilité de devenir une personne positive en en faisant le choix et en adoptant la bonne attitude face à ce qui vous arrive.

10. Avoir trop de projets : à force de vouloir faire trop de choses on finit par ne rien faire. Puisque l’on dispose d’une limite de capacités et de temps, il faut savoir prioriser et terminer ce que l’on commence avant de se lancer dans la réalisation d’autres projets.
Solution : prioriser ses projets, les organiser dans le temps et avoir la discipline de finir ce que l’on entame.

Vous êtes-vous reconnus? Quelles sont les raisons qui vous éloignent de vos buts? Quelles actions allez-vous poser dès aujourd’hui pour y remédier?

TalentC remporte le prix Leadership Excellence 2016!

Bonne nouvelle!

TalentC notre partenaire dans le programme de certification ICMP a remporté le prix d’excellence de LEAD 2016 (Leadership Excellence And Development) dans la catégorie « Top Leadership Partner ». Parmi les gagnants de cette catégorie se trouvent des firmes de renommée internationale telles que Korn Ferry, The Ken Blanchard Companies, Georges Washington Leadership Institute etc.

Cette prestigieuse distinction que reçoit TalentC démontre la qualité du programme de certification ICMP qui vise à promouvoir les vertus du mentorat dans le développement des ressources humaines et des talents dans les organisations.

Pour rappel, TalentC est la seule organisation au monde accréditée par la Société Internationale des Ressources Humaines à offrir ce programme de certification.

top_leadership_partner_leawards

En Afrique de l’Ouest, Peggy Ballou Consulting représente TalentC et est donc à ce titre le seul organisme accrédité à délivrer la certification ICMP.

Pour en savoir plus sur le programme et pour vous inscrire, cliquez ici

Lisez le communiqué officiel et la liste complète des gagnants ici

 

1 2 3 4 5 8